Connexion

Créa-IUT

Création et développement d'entreprises avec les IUT

Get Adobe Flash player

Journal interne de l'UBO

Ma CREA, porteuse de projets,

Ma CREA, l’association des étudiants du département GEA a pour objectif de sensibiliser les étudiants à la création d’entreprise et à l’aide qui peut leur être apportée pour monter leur société.


Même si le module « création d’entreprise » est facultatif au programme, il a ses vertus pédagogiques. Chaque année, l’association fait son bilan et son plan de financement pour l’année à venir ; elle cherche des entreprises partenaires pour financer son travail, y compris l’équipement du local.

Le travail associatif prend alors plusieurs formes :

  • La première est constituée par une action directe de l’association des étudiants, qui a été spécialisée et mise en place dans ce but, vers d’autres étudiants. Il s’agit d’un travail de sensibilisation active.
  • La deuxième forme d’intervention se réalise dans le prolongement des « matins créateurs » organisés au profit des porteurs de projet par CCI29. L’aide des étudiants, qui se rassemblent en groupe d’accompagnement de trois personnes, permet d’encadrer et d’appuyer les porteurs de projets, quel que soit leur âge. Elle consiste à préparer les divers dossiers, à établir les comptes prévisionnels, à faire des études de marché…
  • La troisième forme d’intervention est l’organisation du concours de création. Le prix "MACREA2000" a été décerné en février au traiteur crêpier « Tradition Bretagne ».Le concept de virginie COLLIOU, la jeune chef d’entreprise lauréate, est de se déplacer à la demande (Bretagne, France mais également étranger) et d’organiser sur place soirées ou réceptions bretonnes.

Ces actions portent leurs fruits. Depuis 1998, cinq créateurs ont réussi à concrétiser leur projet avec l’appui de l’association des élèves, dans des secteurs très variés (BD, tourisme équestre, bijoux fantaisie, boucherie biologique, tourisme dans les îles). 25 projets sont en attente de concrétisation.

Pour preuve que les actions de Ma CREA sont remarquées, le jury des trophées CCI 29 a remis un prix à l’association afin de récompenser cette initiative pour son caractère extrêmement stimulant, aussi bien pour les étudiants que pour les créateurs.

Il ne reste plus qu’aux étudiants de deuxième année à former les successeurs pour une opération qui, sans conteste, contribue à ouvrir l’université vers les réalités de l’entreprise et encourage incontestablement les vocations.

Journal du personnel de l'UBO

Bretagne économique

Les étudiants, acteurs de la création d’entreprise

Enseignants de L’IUT de Quimper, étudiants et acteurs économiques locaux travaillent main dans la main au service de la création d’entreprise. Depuis 1985, l’opération CREA a contribué à lancer plus de soixante-dix entreprises.

Effervescence pour la centaine d’étudiants de seconde année de techniques de commercialisation à l’IUT de Quimper. C’est le jour où, par équipe, ils présentent à des experts la « maquette » des dossiers de création d’entreprise qui leur ont été confiés. Les étudiants de deuxième année du cycle de gestion sont présents, ils sont les premiers correcteurs des dossiers. Il ne s’agit pas ici d’études fictives, d’hypothèses d’école , mais de vrais projets pour des créateurs en chair et en os.

Un groupe discute de la forme juridique de la société future pour la candidate à la création d’une boutique de vêtements ; un avocat détaille les différentes options, répond aux questions des étudiants et valide au final le choix retenu. Plus loin, un banquier et le directeur d’un centre de gestion épluchent le dossier de deux candidats à la création d’une société d’organisation de concerts. Le projet n’est pas simple, on rentre dans le détail. Un cadre de l’URSSAF se joint au groupe. La discussion repart sur la CSG. Il y a une petite erreur, il faut revoir la copie…

« Il y avait en Cornouaille un énorme besoin en matière d’accompagnement de création d’entreprise » explique Jean-Paul Cap, professeur de gestion, « inventeur » avec Felix Jolivet, cadre d’entreprise, de cette opération originale. Tordant le cou à l’idée que l’université dispense un enseignement trop théorique, l’IUT a lancé l’opération CREA en 1985, jouant ainsi les pionniers en France.

Un réseau de 400 partenaires

Les partenaires parmi lesquels CCI, Chambre de métiers, DCF (Dirigeants commerciaux de France), Arpeb (Association de cadres retraités), Urssaf, technopole, collectivités, ont joué le jeu tout comme les avocats, experts-comptables, banquiers, chefs d’entreprise, notaires, qui interviennent bénévolement pour conseiller les étudiants. Au total quatre cents partenaires formant un réseau de compétences qui oriente, conseille, critique et évalue.

Chaque année, quinze groupe de six à huit étudiants s’associent librement à quinze créateurs potentiels, avec la responsabilité de réaliser une étude complète de faisabilité. Il s’agit essentiellement de TPE (toutes petites entreprises).

Le Québec intéressé

Quelques exemples pour cette année : salon de thé avec galerie d’objets design, vente par correspondance, pour l’industrie agroalimentaire, entreprise de transport par hélicoptère, bar à thème, exploitation d’une salle de congrès. « Notre ambition est de faire en sorte que les étudiants soient acteurs de leur formation », souligne Bruno Charbonnier , directeur des études du département techniques de commercialisation. Le point de vue des jeunes ? « C’est positif sur tous les plans. Pour coller à la réalité du terrain, apprendre le travail en groupe et en réseau, resserrer les relations avec les enseignants, acquérir le sens de l’autonomie et de la responsabilité. Et puis c’est un plus sur le CV répondent Céline et Sandra, les « communicantes » de CREA.

En général le tiers des dossiers fait l’objet de l’avis de non-faisabilité et la moitié des projets montés par le créateur et les étudiants débouche sur une entreprise nouvelle. Depuis seize ans CREA a contribué à la naissance de soixante-dix entreprises. L’opération CREA, par son action en faveur du développement local, a retenu l’attention du recteur de l’université de Laval au Québec. Elle sert de pilote pour une demi-douzaine d’autres IUT en France.

« Nous sommes devenus des partenaires économiques à part entière », se félicite Jean-Paul CAP.

Françoise Boiteux-Colin
Avec l’autorisation de l’auteur, et Bretagne Economique

Revue de presse

La presse locale, régionale et même nationale est souvent un bon moyen de promouvoir son opération : en voici quelques exemples.

    Bretagne économique : l'opération CREA Quimper
    Le Télégramme : un article sur la CREA Quimper
    Journal interne de l'UBO

Le Télégramme de Brest

Opération CREA : une ouverture vers d'autres IUT

Voilà 16 ans, une idée un peu farfelue à l'époque, était passée dans la tête de Jean-Paul CAP, professeur à l'IUT de Quimper : faire participer les étudiants en techniques de commercialisation (TC) à la création d'une entreprise. Depuis, l'opération Créa a fait son bonhomme de chemin, en s'améliorant d'année en année.

Mais le " petit bébé " a grandi et fait aujourd'hui des envieux dans l'ensemble des IUT de France. L 'occasion de faire un point avec les principaux instigateurs sur Créa. La dynamique qu'on voulu insuffler Jean-Paul CAP, Bruno CHARBONNIER et Hervé le GOFF, le trio à la tête de Créa, intéresse un nombre significatif d'établissement d'enseignement supérieur et même le ministère. Il faut dire que 15 ans après sa naissance, l'opération se veut toujours novatrice.

Des signes d'intérêt

Depuis déjà deux ou trois ans, différents établissements avaient pris contact avec celui de Quimper. C'est peut être ce qui a poussé la petite équipe quimpéroise à aller présenter l'opération Créa à un colloque de sensibilisation à la création d'entreprises, organisé par la conférence des présidents d'université, le ministère de l'Enseignement supérieur et celui de la Recherche. Sans aucun doute, c'est un signe de reconnaissance du travail accompli depuis de nombreuses années sur les bords de l'Odet. L'autre signe d'intérêt qu'on ressenti les professeurs quimpérois a été le travail en réseau avec d'autres IUT, notamment ceux de Brest, Dunkerque, Châteauroux, Angers, Annecy, Aix (la section " carrières sociales " qui entame un projet en liaison avec l'environnement économique). Nantes et Evry qui travaille sur la création d'entreprises intitulée " panel on the web ", qui consiste à vendre par le biais d'Internet). Le but de tous est de former des étudiants à devenir les chefs d'entreprises de demain, mais aussi leurs principaux collaborateurs.

Les atouts de l'enseignement

Amener l'étudiant à travailler comme il le fait à l'IUT de Quimper permet de le rendre acteur de son apprentissage, ceci par la valorisation de ses connaissances, par son implication dans les projets durant les deux années en IUT (projets tuteurés en première année et opération Créa en deuxième année). On modifie alors la donne de l'enseignement . La situation le conduit à prendre conscience de ses propres compétences et des atouts et contraintes de l'environnement économique. Autre atout de cet enseignement, lui aussi novateur, celui d'élargir le rôle du professeur formateur, il devient pour une part apporteur de méthodes pour un autre, animateur d'une équipe lors de son implication en tant que tuteur) et enfin pour la dernière en tant que consultant généraliste. Enfin le dernier atout consiste à élargir le champ d'action de l'établissement. Avec les formateurs et les étudiants, l'IUT s'implique alors dans le tissu économique. La méthode est une recherche constante du partenariat extérieur et la participation de consultants.

Les perspectives d'avenir

Créa n'apporte q'une réponse limitée au problème d'amélioration qualitative des projets de création d'entreprises. Aussi trois projets d'action pour 2001 sont annoncés : la nécessité de bien communiquer sur l'opération, de conserver et développer son caractère convivial et efficace ce qui caractérise le travail du groupe Créa-com, perpétuer la dynamique constatée pendant le montage du projet grâce aux organismes consulaires et enfin sensibiliser à l'entrepreneuriat, qui est utile pour les futurs commerciaux et gestionnaires. Peut-être en l'étendant par des actions spécifiques à d'autres publics, étudiants ou non.

Avec l'autorisation d'Olivier BERTHELOT